Les conseils de Liliane*

*Nous avons dressé une liste non exhaustive de ses conseils qu’elle délivrait avec passion et dont la trace est restée dans nos échanges mails. Merci Liliane !

Graine germé :
Comme vous le savez, (surtout ceux qui mangent des graines germées, celles-ci sont pleines de bonne choses.) Laissez venir les deux-trois premières feuilles et remettez le tout au compost : c’est plein de vitamines !
Pour l’Arrosage :
juste un petit rappel sur l’arrosage il vaut mieux bien arroser voire détremper une fois la semaine / ou 5 jours s’il fait très chaud plutôt que d’arroser tous les deux jours.
Inconvénients d’arrosages trop fréquents :
– les racines poussent horizontalement en restant à la surface du sol et si la plante manque d’eau, les racines sèchent et la plante meurt
– beaucoup de feuilles …
– risque d’oïdium, champignons …
Pour ceux qui jardinent avec la lune :
– mieux vaut arroser en jours « feuilles » (signes d’eau / peu d’évaporation) = un arrosage environ tous les 6 jous
– Eviter d’arroser en jours « fleurs » (signe d’air) l’eau s’évaporera très vite
Par contre, on arrosera systématiquement tout ce que l’on plante, copieusement, quelque soient le temps et la température, la saison
Pour les semis : on arrose un peu plus souvent pour garder le terreau un peu humide mais pas détrempé jusqu’au bon démarrage
Pommes de terre :
les pommes de terre précoces sont à récolter 90 jours après le semis, les pommes de terre de conservation jusqu’à 120 jours
Ce n’est pas grave si les feuillages jaunisses du moment que les pommes de terre n’en sont pas affectées
A la récolte, on doit laisser les pommes de terre là où elles poussaient sur le sol, + ou – 2/3 jours ou les rentrer au sec s’il pleut comme ces jours-ci
Certains pratiquent aussi le défanage en supprimant les feuillages et les tiges 2 semaines avant la récolte (la plante n’a plus à nourrir les feuilles)
Bonne récolte !
Pour les pommes de terre, qui se déterrent environ 3 mois (PdT primeurs) ou 4 mois après le semis (PdT de garde) : si le feuillage est encore bien vert après ce laps de temps, coucher toutes les branches la sève profitera plus aux patates avant de les ramasser et les laisser jaunir…
S’il est temps de les arracher à la fourche, les déterrer et les laisser « ressuyer » sur le sol..un jour ou deux.
Si vous ne pouvez pas le faire (un gros soleil les brûle, et trop de pluie attire les limaces ou les font pourrir) : personnellement, je les ai récoltées et je les ai laissées 48 heures à l’air sur un papier à l’abri avant de les consommer.
Pour les tomates : 
avec la pluie, ne pas oublier d’ôter les feuilles du bas de la plante qui touchent le sol très humide. A surveiller avec le beau temps qui revient.
Pour info : je viens de récolter mes premières tomates (3-4 fruits de la première grappe fleurie) – 2 juillet 2017 (c’est très exceptionnel dans mon jardin !) : c’est une variété ancienne de tomates à petits fruits genre cocktail  « Précoce de Quimper » un essai de cette année (j’ai acheté un plant) ; apparemment, elle se plait aussi à Châtenay et notre climat.
Je renouvellerai pour échelonner la récolte.
Fumier frais :
Il ne faut surtout pas le mettre autour des plantes maintenant, les plantes seraient brûlées il faut le laisser « murir » dans un coin du jardin avec feuilles/compost et avoir un aspect « sec » et « pailleux »et il peut alors être déposé sur des parcelles nues avec les feuilles par exemple. Si les chevaux sont nourris aux granulés, c’est un peu moins bien,
et s’ils ne sont pas soignés homéopatiquement … aux antibiotiques  ?
Pour les guêpes :
Quelle est la nature du nid de guêpes ? en terre ? ou une grosse boule genre papier-mâché ou une petite boule d’alvéoles de guêpes sauvages ?
Sous terre ou en grosse boule, il ne faut pas le conserver si vous travaillez à côté c’est éventuellement extrêmement dangereux si vous les dérangez car elles peuvent être plus de 2000. Nous en avons eu au jardin (grosse boule puis dans un abri et aussi sous terre) et avons dû faire venir un spécialiste « Beeze » (efficace et le moins cher  – moins de 100 € ; d’autres pros nous demandaient 180-200 €)
Pour les jardiniers qui ont voulu s’en débarrasser seuls, la quantité de produit nécessaire achetée dans le commerce leur a coûté cher car moins efficace que les produits pro  et ils ont du doubler ou tripler  la quantité préconisée et ils ont dû  œuvrer toute une journée afin de protéger les cultures alentour du produit toxique (bâcher). M. Beezze avait une tenue complète et masque pour utiliser le produit ce que les jardiniers n’ont pas fait.
La lavande peut éloigner les guêpes d’un lieu de vie, d’un logement, mais pas une fois installées avec un nid, ce sera inefficace.
J’ai eu un nid en terre et je croyais qu’il n’y avait qu’un dizaine de guêpes (comme dans les boules d’alvéoles)mais j’ai vite appelé le professionnel car le nid occupait le volume d’une balle de hand.
Par contre, si c’est une petite boule d’alvéoles, je passerai bien pour faire quelques photos pour le journal des jardiniers « Jardin Familial de France »avant la fin du mois. (21 juillet 2018)
Juste une remarque sur le potiron : 
il arrive à maturité lorsque le feuillage jaunissant commence à se dessécher et  que les pédoncules sont prêts à se détacher. Pour augmenter la durée de conservation, couper le pédoncule plusieurs jours avant la récolte et laisser les fruits en place au jardin environ une semaine avant de les stocker.  La récolte des potirons commence en fin d’été, trois à quatre mois après le semis, selon les variétés. Elle peut durer jusqu’aux premières gelées.
Pour le compost :
je reviens sur une remarque au sujet de moucherons volant au-dessus du compost,
cela signifie que le compost est trop humide : il faut l’aérer et surtout ajouter de la matière sèche. Trop d’humidité apporte de la pourriture qui ne fait pas du compost
Avec toute la pluie qui est tombée ces jours-ci, l’aération est indispensable (9 juin 2019)

Au revoir Liliane

C’est avec beaucoup de peine que nous partageons cette triste nouvelle.
Liliane Lenfant, responsable des jardins familiaux de la Butte-Rouge et adhérente de Cultivons Châtenay, nous a quittés il y a quelques jours.

C’était une grande dame qui nous a soutenus dès le départ dans notre projet de jardins partagés en nous donnant des conseils et nous offrant des plants, des fleurs et le fameux butternut qui avait tant produit la première année.

Nous avons dressé une liste non exhaustive de ses conseils qu’elle délivrait avec passion et dont la trace est restée dans nos échanges mails. Les partager à notre tour est un moyen de faire perdurer sa mémoire.

Et quelle photographe ! Ses photos d’oiseaux, de fleurs et d’insectes étaient excellentes. On avait pu les découvrir lors d’une exposition dédiée à « la biodiversité au jardin » à la médiathèque Louis Aragon en juin 2017.
Liliane faisait également parti du comité de rédaction de la revue « Jardins Familiaux et Collectifs » et nous en avait offert plusieurs numéros. Elle était toujours partante pour oeuvrer dans les jardins, avec une énergie et une générosité sans faille.
Un mot sur son jardin de la Butte-Rouge, pour l’avoir visité : un délice de variétés, un refuge pour les pollinisateurs, une certaine « sauvagerie » dans le bon sens du terme.
Je crois qu’elle aimait et respectait toutes les variétés de végétaux.
Toujours un conseil en poche…
Elle laissera au sein de l’association un grand souvenir par sa générosité !
Lilianne Lenfant

Journées du Patrimoine 2018

Balade dans les jardins familiaux et jardins partagés.

➡ 15h00 : Visite guidée « Jardins familiaux & jardins partagés » (durée 2h00),
Inscription en ligne : http://bit.ly/2Q69JE4

Visite guidée « jardins familiaux et jardins partagés » – le 15/09 à 15h00
Pré – inscription gratuite aux animations proposées dans le cadre des Journées du Patrimoine par Châtenay-Malabry Tourisme.Nous vous donnons RDV le 15/09 à 15h dans le square des Américains.

Cabanes et mangeoires à oiseaux

Lors de l’hiver 2016-2017, nous avons, avec des objets de récupération, fabriqué quelques nichoirs et mangeoires qui seront mis en place sur les parcelles très prochainement. A cette occasion, nous vous inviterons à venir pour l’accrochage. Nous espérons que pour l’hiver prochain quelques petites mésanges et autres rouges queues sauront trouver refuge dans ces abris.

Mur végétal à l’école Brossolette

Afin de sensibiliser nos enfants et de les amener à prendre soin de leur environnement, nous avons mené une action autour de la récupération de bouteilles plastiques afin de créer un mur végétal dans la cour de l’école. Les enfants des classes de CE1 ont pu ainsi toucher à la terre et aux graines au moment de la plantation. Ils leur restent maintenant à bien observer la pousse et à veiller à mouiller la terre juste de raison.

Nous reviendrons pour vous donner des nouvelles des salades, fleurs et herbes aromatiques de nos chérubins.mur vetegal Ecole Brossolette